Envoyer à un ami

Sur les Traces des Archosaures - 31 juillet au 7 aout 2022

Voir descriptif détaillé

Sur les Traces des Archosaures - 31 juillet au 7 aout 2022

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Accueil > Nos Actions > Journal de Bord des Opérations > Vacances Scientifiques > Sur les Traces des Archosaures - 31 juillet au 7 aout 2022

Ajouter à ma liste de souhait

Le Journal de Bord

Samedi 30 juillet

Tout est bien installé, nous vous attendons avec impatience !

Dimanche 31 juillet

"Tout le monde est bien arrivé !
Nous avons bien mangé, sommes bien installés et avons mis en place les règles de vie pour cette semaine en communauté, le tout face au massif du Mont Blanc. "

Laetitia

Lundi 1 aout

"Ce matin, pendant la préparation des piques niques, les participants se sont entraînés à la vie en montagne grâce à un escape-game : de la météorologie à la préparation du sac à dos en passant par la cartographie et au montage-démontage des tentes.

Nous étions tous prêts pour entamer l’expédition !

La troupe a débuté la montée des flans escarpés de la montagne. Tout au long de l’ascension, la fatigue s’accumule. Mes jambes tirent, les sacs sont lourds. Le temps de souffler, tous haletants, devant des versants époustouflants.

Aujourd’hui, nous avons affronté la Veudale. Cette montagne de 500m de dénivelé nous a permis d’atteindre les zones d’empreintes d’Archosaures. Après nos observations du grès, nous sommes retournés aux tentes pour festoyer de taboulé.

Nous finissons notre journée dans nos tentes, pelotonnés dans nos duvets."

Louise & Isidore

Compléments :

Cumul journée : 6,5 km
850 d+
400 d-

Mardi 2 aout

"Je me réveille sous la tente. Je vois la lumière du ciel tamisée par la toile. Rapidement, je m’extirpe de mon duvet douillet pour m’habiller dans la fraîcheur du matin. Je sors. Un magnifique panorama m’attend. Je monte au soleil pour me chauffer : oui, je suis un lézard…

Après un bon petit-dej, nous marchons jusqu’au Plat de la Terrasse (en passant par une baignade dans le lac). Sur le chemin, nous avons regardé les roches chargées d’histoire que Sandrine nous dévoile !

Nous arrivons aux dalles posées sur la montagne. Je parcours les empreintes d’animaux ancestraux. Je pose mes mains sur chaque trace comme l’archosaure, il y a plusieurs millions d’années. Une patte à gauche, une patte à droite : marcher, avancer. Toujours plus, plus loin. Il faut migrer sur cette plage de sable sous un soleil de plomb. Je pose mes quatre pattes, l’une après l’autre, devant comme derrière. Nous marchons à la recherche de nourriture.

Après ma rêverie, le groupe retourne au bivouac pour prendre le déjeuner. Le cake est bon, un peu sec, mais très bon ! Une fois les tentes démontées, nous nous remettons en marche. Les dalles penchées apparaissent à quelques mètres en dessous de nous. Thomas déballe les cordes et la descente commence. Pendant que les premiers grimpeurs partent sur les dalles, Saens sort son drône et explore la zone. Léandro cartographie la zone qu’il a exploré en dessinant les empreintes. Enfin Oscar repèche le mousqueton enfoui dans une faille.

Puis c’est à mon tour de descendre. Je salue les passant qui sont sur le chemin d’en dessous et je me concentre sur les traces. Une marche saccadée, à droite, à gauche. Le reptile dandine sur la plage plate traversée d’un delta salé. Le courant forme des petites rides sur le sable fin. Ma marche éternelle continue à travers cette dune interminable.


Dans mon lit, je repense à l’archosaure sur son sable. Je l’ai bien senti sur la dalle, il marchait, il y a bien longtemps mais sa trace est restée. Nous, nous repartions pour rentrer à la base pour nous reposer. Le chemin fut long et fatiguant pour tous. On va bien dormir !"

Louise & Isidore

Compléments :

9,5 km
550 d+
1000 d-

Mercredi 3 aout

La quête des myrtilles

La troupe se réveille de son long périple à travers la montagne. Un plaisir de rester encore cinq minutes dans un lit douillet dans la chaleur du foyer. Dès le matin les activités commencent.

Mes amis, nous ferons deux équipes : une qui s’occupera de la quête des myrtilles et l’autre aura une mission spéciale...

La grande magicienne des montagnes avait parlé avec un ton qui n’admettait aucune objection. La compagnie se divisa alors en deux. La première moitié partit avec le rôdeur dans la forêt à la chasse aux myrtilles sauvages. L’autre partie s’installa face à la grande magicienne. Leurs missions étaient d’évaluer les différents intérêts du site sacré des empreintes. Ils regardèrent certains critères : l’aspect scientifique qui permettrait d’en apprendre plus sur des animaux disparu depuis longtemps et de trouver une nouvelle arcane, l’aspect touristique pour intéresser le plus de voyageur. Rapidement les équipes échangèrent de rôle. Puis ce fut le moment du repas et la compagnie, victorieuse, pu préparer et savourer le met le plus précieux : la tarte aux myrtilles.

Une fois revigorée, la troupe se réinstalla pour reprendre le travail. Ils préparèrent un questionnaire pour les voyageurs qui feraient halte à l’auberge, juste au dessus de notre tête. Le but étant de connaître l’intérêt des voyageurs pour ce terrain abritant des traces ancestrales. Puis, les aventuriers durent lutter contre les flots du lac, profitant ainsi de sa fraîcheur ils construisirent un cairn sur une île. Les moins téméraires restèrent jouer aux cartes sur la berge.

Le soir vint, ils se rassemblèrent devant le shaman qui leur expliqua l’histoire magique des pierres : les roches sédimentaires qui proviennent de débris issus de l’érosion qui se déposent petit à petit sur le fond des mers, ainsi que des roches tantôt magmatiques, plutoniques formées sous la terre et avec de gros cristaux, et tantôt volcaniques qui surgissent lorsque le magma jaillit hors du sol en formant de petit cristaux. Elle parla longtemps, expliquant aussi la diagénèse ainsi que la métamorphisation. Après le repas, la communauté prépara ses sacs et mis en place ses affaires pour partir tôt le matin dans l’inconnu de l’aventure !

Isidore

Jeudi 4 aout

Après une longue et périlleuse matinée de marche nous avons réussi à monter et descendre le col de Barberine avant de planter nos tentes en contrebas. Arrivé en haut du col à bout de cuisse, nous avons bien profité de la redescente sur le névé , puis nous avons dévoré notre pique nique qui était très bon.

De plus nous avons eu le droit à un magnifique temps, quelques participant ont décidé de bronzer au soleil. Nous avons découvert une nouvelle espèce le ’’Lezardo’’, sorte de mi-homme / mi-lézard qui a besoin des rayons du soleil pour faire le plein d’énergie !

Tandis que d’autres préféraient l’ombre des roches.

Vers 14h00, après s’être bien reposés, nous avons décidé de partir là où personne (des séjours d’Emosson) n’avait jamais mis les pieds, au sommet du col d’Emaney. Nous avons mis 1h45 pour monter ce col de l’extrême. De l’autre côté nous attendait l’inconnu. Tandis que nous montions, la vue, le paysage, les fleurs étaient sublimes.

Arrivés en haut, (presque) épuisés, un spectacle grandiose nous attendait : le roi des cieux, un magnifique Gypaète est passé 10 m juste au dessus de nos têtes. Très rare évènement !

Ensuite nous avons goûté et sommes allés à la recherche d’empreintes et de traces d’Archosaures sur les dalles derrière le col. Pendant que deux animateurs se rendaient explorer les dalles du ravins des Ottans. Sur les dalles du col d’Emaney nous n’avons pas trouvé grand chose, peut être quelques empreintes et des rides mais les dalles étaient très extrudées pour voir quoi que ce soit.
Par contre les deux éducateurs qui étaient partis en exploration ont trouvé 3 empreintes très nettes mais comme il risquait de pleuvoir ils sont remontés très rapidement sans avoir le temps d’en chercher d’autres.

Tout le groupe a donc entamé la belle descente du col pour rejoindre le campement. Après une remontée nous étions enfin arrivés, essoufflés et à bout de jambes (et bras), nous étions affamés. C’est normal et c’est pas grave ! haha ! C’est la 1re fois de l’histoire d’Emosson que nous sommes allés si loin, notre groupe est super sportif !

Suite à un bon repas nous sommes allés prospecter les dalles qui étaient recouvertes par le névé des années précédentes.
Et nous avons découvert 3 pistes d’empreintes de 10 cm de long. Pendant ce temps un bout du groupe a trouvé ce qui semble être le reste d’un obus.


Enfin après cette très, très, très longue journée de marche nous avons décidé qu’il était temps d’aller nous coucher. Quelques minutes plus tard quelques gouttes d’un lointain orage nous ont brumisé.

Vendredi 5 aout

Avant que le soleil ne se lève tous les participants étaient levés et un groupe de commando d’élite décolla vers 8h26 et 57" et entama la montée-descente du col de Barberine en direction du QG tandis que l’autre partie du groupe terminait de se préparer.

À l’arrivée au QG rincé nous étions au bout du bout, au bout du chemin et au bout de notre randonnée forte en dépassement !
On a pris une pastèque et on s’est jetés dessus avant une bonne douche chaude.
L’autre groupe est arrivé 1h30 plus tard.

Leandro

Après avoir mangé, nous avons commencé à travailler sur l’OSIclopédie : Oskar et Gaspard ont fait une carte de la région d’Emosson avec les zones à empreintes et les endroits où nous sommes passés, Saëns et Paul ont, avec Clémentine et Isidore, essayé de reconnaître et de nommer les différents végétaux que nous avons croisé durant nos bivouacs. Léandro, Louise et moi avons avec l’aide de Sandrine, décris différents minéraux et roches que nous avons croisés durant nos recherches sur le terrain. Vers 17h, nous sommes tous aller prendre une glace au restaurant et nous savons par la même occasion, mangé des délicieux gâteaux Bretons. Lorsque nous sommes rentrés du restaurant par un périlleux chemin d’une vingtaine de mètres, nous avons continué nos recherches. Avant de diner, nous avons fait une partie du jeu « EVOLUTION », ce qui nous a beaucoup plu. Durant le repas, il a commencé à pleuvoir, puis il y a eu de nombreux éclairs. Nous sommes tous allés nous coucher pendant que dehors, l’orage grondait.

Romain

Un déjeuner bien mérité et reconstituant nous redonna de l’énergie pour nous permettre de faire un point sur les belles découvertes réalisées durant ce séjour et de pouvoir les retransmettre à qui voudra.....
Quatre pôles de production se sont mis en place :
deux sur les roches et les fleurs rencontrées pour grossir la base de données de l’OSICLOPEDIE. un sur le poster montrant notre parcours cartographique et enfin celui sur le questionnaire d’évaluation des critères d’intérêts du site pour plusieurs publics (touristes, universitaires entre autre....).
Un gouter glacé fut notre récompense « effort kilométriques » des deux jours passés et une belle partie sur le jeu « EVOLUTION » termina cette journée.

Sandrine

Samedi 6 aout

Ce matin, nous nous sommes levés un peu plus tard, ce qui nous a tous permis de récupérer de nos efforts musculaires et d’être en forme pour terminer nos réflexions et pour préparer au mieux notre retransmission qui est prévue cet après midi. Quelques parents seront là, ce qui met un peu la pression pour être au top !
Un atelier création avec des chambres à air est proposé pour tous selon l’envie et à permis à quelque un(e) de faire des bracelets et porte clé......

Sandrine

La pluie ayant cessé, après avoir pris un petit déjeuner, nous avons continué les activités commencé la veille et avons tourné sur les activités selon notre bon vouloir. Gaspard, Paul et Saëns sont allés à l’activité Pierre tandis que Léandre et moi sommes allés identifier les dernières fleurs. Saëns est allé interroger les touristes pour avoir leur avis sur le site d’Emosson. Enfin à midi nous avons mangé une tartiflette avec de la salade et des tomates.

Romain

Nos partenaires

Voir également